application

  • Pétition réclamant que l'application de traçage SwissCovid ne devienne pas obligatoire.

    Imprimer

    Bonjour,

    Etant inquiète suite aux décisions urgentes prises par le Conseil fédéral de façon non démocratique, je viens de créer une nouvelle pétition destinée aux parlementaires et au Conseil fédéral réclamant que l'application de traçage SwissCovid, disponible depuis le 25 juin 2020, ne devienne pas obligatoire et ne puisse pas être téléchargée à l'insu des utilisateurs sur leur téléphone portable.

    Voilà le lien de cette pétition: http://chng.it/sLfdvfPtnH

    Merci à Vous de la signer et de la diffuser à vos amis.

    Sachez que le 24 mai 2020, Mme Ema Krusi a créé une vidéo afin d'alerter les parlementaires suisses en leur demandant de ne pas accepter l'application de traçage SwissCovid. Malheureusement les parlementaires ont accepté cette application le 19 juin 2020. Voilà le lien de la vidéo d'Ema Krusi que je vous conseille très vivement de regarder (14 minutes très intéressantes): 

    https://www.youtube.com/watch?v=p_CEu97XGqM

    Merci d'avance pour vos commentaires. Cordiales salutations.

    Michèle Herzog

    PS: Pour l'instant cette pétition n'existe qu'en français mais j'espère qu'elle sera bientôt traduite en allemand et en italien.

  • AVOCAT D'OFFICE: Le Tribunal fédéral précise l'application de ce droit humain !

    Imprimer

    Bonjour,

    Voilà l'article dont je viens de prendre connaissance:

    https://www.lematin.ch/suisse/repos-precise-droit-avocat-office/story/14505042

     

    Il est très important de bien connaître les articles de la Constitution fédérale. L'article 29 alinéa 3 traite le droit des citoyens à obtenir un avocat d'office. Voilà le lien de la Constitution fédérale:

    https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995395/index.html

     

    Je suis étonnée par deux choses:

    1. Cet article 29, alinéa 3, est très clair et pourtant il n'est pas appliqué. Je connais plusieurs personnes ayant reçu des plaintes pénales. Elles étaient donc prévenues et devaient participer à une procédure. Pourtant, quand elles ont demandé un avocat d'office pour pouvoir se défendre, car leur situation financière ne leur permettait pas de payer les honoraires d'un avocat (personnes à la retraite), eh bien leur demande a été refusée par le procureur ou la procureure ! Les décisions de refus d'un avocat d'office ne sont souvent pas motivées et ne contiennent pas de voies de recours ... (Je possède plusieurs exemples de décisions très surprenantes ayant eu lieu dans le canton de Vaud entre 2015 et l'été 2018).

     

    2. Pourquoi le Tribunal fédéral précise-t-il l'application de l'article 29 Cst en été 2018 alors que cet article 29 Cst, alinéa 3, existe depuis des décenies ? Heureusement que ce citoyen genevois s'est plaint auprès du TF, car sans cela ce droit à un avocat d'office n'aurait toujours pas été précisé. 

     

    Voici ma question: Comment les personnes n'ayant pas pu obtenir d'avocat d'office ces dernières années (alors qu'elles en avaient parfaitement le droit) seront-elles dédommagées ? Il faut bien comprendre que cela a obligé des personnes qui ne connaissent pas les lois à se défendre toutes seules ! Elles sont devenues des proies faciles à condamner. Ensuite, si elles ont fait appel elles-mêmes, leur appel a été déclaré irrecevable ... Et le tour est joué !

     

    Merci d'avance aux personnes qui m'enverront leur témoignage à propos des refus d'obtenir un avocat d'office. Pour cela il suffit de clicker au bas de cet article sur le mot "Commentaires" et de m'envoyer un résumé succinct.

     

    Merci de diffuser cet article. Meilleures salutations.

  • Suisse: Bel article expliquant comment les lois ne sont pas appliquées par les juges.

    Imprimer

    Bonjour,

    Il est rare en Suisse de lire un article critiquant le travail des juges. A ma grande surprise, j'ai lu un article expliquant comment les juges suisses ont réussi, après des années de procédure, à ne pas appliquer l'article 146 du Code pénal suisse  correspondant à l'escroquerie, suite à des matches truqués dans le domaine du football. Félicitations au journaliste sportif M. Patrick Oberli pour son article courageux du 25 mai 2018 que je vous laisse découvrir:

    https://www.24heures.ch/signatures/reflexions/loi-jeux-argent-sport-vraiment-protege/story/20939058

    Je ne connaissais pas cette histoire. Naturellement, je ne suis pas suprise d'apprendre, une fois de plus, comment des juges fédéraux ont réussi à ne pas appliquer l'article 146 du Code pénal suisse. Pour ne pas appliquer les lois, les juges trouvent des astuces. Et ils ne manquent pas d'imagination. De très nombreuses personnes en ont fait l'expérience.

    Dans cet exemple l'astuce imaginée est merveilleuse: "Pour qu’il y ait escroquerie, il faut que des personnes physiques subissent un dommage". Il a donc suffi de ne pas rechercher ces personnes, d'ignorer leur existence, pour ne pas devoir retenir l'infraction d'escroquerie ! En Suisse, ce sont les juges fédéraux qui montrent aux autres magistrats comment il faut procéder pour ne pas appliquer les lois. Et ça fonctionne parfaitement bien. 

    A quoi cela sert-il de créer de nouvelles lois quand on sait très bien que les lois existantes ne sont jamais appliquées en Suisse si cela dérange les juges de les appliquer ?

    Merci de diffuser cet article à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.