burdet

  • Corruption en Suisse et erreurs judiciaires: un sujet tabou.

    Imprimer

    Bonjour,

    Marc-Etienne Burdet est sans aucun doute un des plus grands connaisseurs de la corruption et du blanchiment d'argent de la plaque tournante qu'est la Suisse.

    Depuis 20 ans, il enquête et note avec persévérance tout ce qui est en rapport avec ces crimes économiques. Il entretient une base de données impressionnante de plus de 716'000 liens pour identifier les protagonistes de la toile d'araignée des criminels en col blanc de la finance, de la politique et de la magistrature suisses.

    Voilà le lien du nouveau site Internet créé par Marc-Etienne Burdet : https://www.swisscorruption.info/

    Sachez que Gérard Ulrich et Marc-Etienne Burdet ont souvent travaillé ensemble afin de dénoncer la corruption et les erreurs judiciaires.

    En Suisse, les lanceurs d'alerte ne sont pas protégés (la loi est en discussion à Berne depuis 2003 ...). Raison pour laquelle les personnes qui dénoncent des affaires de corruption ou des erreurs judiciaires sont en général condamnées ... à la place des personnes qu'elles dénoncent !

    D'où la pétition réclamant la réhabilitation de Gerhard Ulrich. Cette pétition existe en 3 langues (français, allemand et anglais). Merci de la signer et de la diffuser. Voilà le lien : http://chng.it/KDyj7PbPVM

    Merci de diffuser cet article à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

    Mise à jour du 14.8.2020: Il est urgent de créer, en Suisse, une loi de protection des lanceurs d'alertes. Les Parlementaires à Berne ne peuvent l'ignorer car ils étudient un projet de loi depuis 2003 ... A ce sujet, merci de signer et de diffuser cette pétition: http://chng.it/2XGvBZTGG4

    Mise à jour du 14.8.2020:

    Super bonne nouvelle pour moi. Le résumé de l’affaire que je dénonce depuis 2007 vient d’être mis en ligne par Marc-Etienne Burdet que je remercie très vivement.

    Voilà le lien : swisscorruption.info/herzog 

    A votre disposition pour toute question.

    Merci de diffuser ce résumé à vos ami(e)s.

    Cordiales salutations.

    Michèle Herzog

     

  • Emission Infrarouge du 8 mai 2019 concernant les lanceurs d'alerte.

    Imprimer

    Bonjour,

    L'émission Infrarouge du 8 mai 2019 était consacrée à Julian Assange et aux lanceurs d'alerte. Voilà le lien:

    https://www.rts.ch/emissions/infrarouge/10412913-faut-il-sauver-le-soldat-assange-.html

    Il est intéressant de constater que les principaux lanceurs d'alerte de Suisse n'étaient pas invités sur le plateau d'Infrarouge !

    Mme Yasmine Motarjemi (voir plusieurs articles sur ce blog à son sujet), présente dans le public lors de cette émission, a été citée et filmée. L'excuse pour ne pas l'inviter: car elle est toujours en procès contre Nestlé !

    Je me demande si les réalisateurs de cette émission connaissent vraiment les lanceurs d'alerte. Savent-ils qu'ils ou elles sont en procès pendant des années ? D'ailleurs Julian Assange est forcément aussi en procès ... actuellement.

    Et Mme Stéphanie Gibaud aussi. Pourtant elle a été invitée par Infrarouge ... 

    Pourquoi M. Rudolf Elmer n'a-t-il pas été invité ? Et M. Gerhard Ulrich qui dénonce les dysfonctionnements du pouvoir judiciaire vaudois depuis l'an 2000 avec un immense courage et une très grande tenacité ? Et M. Marc-Etienne Burdet qui dénonce la corruption du pouvoir judiciaire, dont le site Internet www.swisscorruption.info est censuré par les principaux opérateurs ? 

    Sur ce plan, cette émission était bien décevante.

    La définition du mot "lanceur d'alerte" était aussi limitée aux personnes signalant des dysfonctionnements au sein d'une entreprise dans laquelle elles travaillent. Pourtant Julian Assange n'a pas dénoncé les dysfonctionnements de l'entreprise dans laquelle il travaillait ... Et c'est un immense lanceur d'alerte.

    De nombreux citoyens dénoncent des dysfonctionnements et consacrent une énorme énergie à cela car ils sont offusqués par le laxisme des politiciens, des autorités et/ou du pouvoir judiciaire. Tous ces citoyens sont des lanceurs d'alerte. J'espère naturellement qu'ils deviendront de plus en plus nombreux et de plus en plus courageux. J'espère aussi que de nombreux citoyens soutiendront enfin les lanceurs d'alerte, car ils représentent un contre-pouvoir indispensable.

    L'émission indiquait qu'il existe en Suisse une plateforme permettant aux lanceurs d'alerte de s'exprimer. Mais il faut savoir qu'ensuite il ne se passe strictement rien. Les alertes sont simplement ignorées. Plusieurs personnes en ont fait l'expérience.

    J'estime que les réalisateurs de cette émission étaient fort mal renseignés. Et peu courageux. Une belle occasion manquée ... Bien dommage. Pourquoi ?

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

    PS: La loi de protection des lanceurs d'alerte est en discussion à Berne depuis 2003 ! Merci de signer cette pétition qui justement réclame une loi:

    http://chng.it/2XGvBZTGG4

  • CENSURE DE SITES INTERNET EN SUISSE (OU AILLEURS).

    Imprimer

    Bonjour,

    "La censure n’existe pas en Suisse, mais elle fonctionne très bien" (Kurt Tucholsky)! Cette phrase prononcée par Kurt Tucholsky il y a 75 ans est toujours d'actualité en 2016.

    Début octobre 2016, le site Internet du lanceur d'alerte vaudois Marc-Etienne Burdet a été censuré. Ce site dénonce des affaires de corruption et en particulier l'affaire Ferrayé. Il contient aussi les lettres de Gerhard Ulrich, en trois langues, envoyées pendant l'année 2016 et les évaluations, en trois langues, d'un grand nombre de procureurs et de juges. Il s'agit du site www.worldcorruption.info

    Les internautes qui n'utilisent pas les fournisseurs d'accès à Internet tels que Swisscom ou Citycable peuvent accéder aux informations en cliquant sur les liens, car dans ce cas les sites et les fichiers .pdf ne sont pas censurés. 

    Quand la censure est présente un message tel que "Not found" est affiché. Parfois il est indiqué que le site est censuré par la justice.

    Pour détourner cette censure, un site Internet a été créé expliquant les méthodes existantes permettant d'accéder aux sites censurés, malgré la censure exercée par Swisscom et Citycable. Voir http://www.censure.info

    Voilà un site dit proxy qui permet de détourner la censure: https://kproxy.com/

    Sur la 1ère page, à la place de l'adresse Google figurant dans la fenêtre, il faut indiquer le lien du site censuré que vous désirez. Je vous conseille d'utiliser la fonction copier-coller pour donner le lien du site. Ensuite vous tapez sur le mot SURF.

    Le lien www.worldcorruption.info permet d'obtenir le site de Marc-Etienne Burdet. Le lien www.worldcorruption.info/ulrich.htm permet d'obtenir les textes de la majorité des lettres envoyées par G. Ulrich dès mars 2016.

    Utilisez le lien www.worldcorruption.info/evaluations.htm si vous voulez accéder aux actes réalisés par les procureurs et les juges. Les textes de ces évaluations existent en trois langues. Il suffit de sélectionner un nom, puis de clicker sur le drapeau de la langue désirée. Vous comprendrez alors pour quelles raisons ce site a été censuré en octobre 2016.

    Si vous devez utiliser des liens longs, je vous conseille d'utiliser la fonction copier-coller pour transférer les liens dans le site proxy.

     

    La dernière lettre de G. Ulrich du 18 décembre 2016 explique comment les financiers se sont arrangés pour gruger le peuple suisse depuis plus de 20 ans ... Et comment le procureur Baenziger a classé la plainte pénale déposée en 1998, procédure pénale ouverte par Mme Carla Del Ponte. Cela concerne la gestion des fonds de l'AVS et de l'AI ... La plainte pénale ayant été classée, les financiers continuent leurs actes en toute impunité. 

    Mes très vives félicitations aux financiers qui ont découvert ces techniques et qui les ont dénoncées. En particulier M. Harry Heutschi.

    Mes très vifs remerciements à MM. Burdet et Ulrich pour tout le travail effectué en 2016, afin d'informer les citoyens.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.