citoyens

  • Suisse: Pesticides dans l'eau. Que font les autorités ?

    Imprimer

    Bonjour,

    Il paraît que nos autorités se soucient de notre santé. Pourtant, il est étrange de constater que dans le domaine des pesticides elles n'agissent pas afin de faire diminuer les pesticides présents dans l'eau ... Des citoyens responsables ont donc créé une initiative fédérale et je les en remercie très vivement.

    Voilà le message reçu ce 18 mars 2021 de M. Edward Mitchell, co-initiateur de l'initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse.

    Pesticides dans l’eau suisse : actuellement, on estime qu'un million de personnes en Suisse consomment de l'eau contenant des concentrations excessives de produits de dégradation du chlorothalonil. Le fongicide chlorothalonil a été utilisé en Suisse au cours des dernières décennies pour protéger les légumes et les céréales contre les attaques fongiques.

    Nous avons produit un court métrage qui utilise l'exemple du chlorothalonil et de Syngenta pour illustrer le problème des pesticides de synthèse en Suisse. Merci d’informer votre entourage. Car bientôt il nous appartiendra de décider de notre avenir : Voulons-nous continuer de boire de l'eau contaminée par des pesticides ou voulons-nous l'éviter à l'avenir ?

    Voilà le lien du documentaire de 10 minutes :

    https://lebenstattgift.ch/fr/benevoles/#chlorothalonil

    Le 13 juin, nous voterons sur l'initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse.

    Je vous remercie de votre soutien et je vous souhaite un bon visionnage.

    Edward Mitchell, Professeur de biologie et co-initiateur de l'initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse.

    Merci de diffuser ce message à vos ami(e)s dans toute la Suisse.

    Merci d'avance pour vos commentaires (textes succincts envoyés sous votre nom). Meilleures salutations.

    Mise à jour du 18 mai 2021: Sachez que le 13 juin prochain nous voterons aussi pour une autre intiative fédérale réclamant en Suisse une eau potable propre. Merci de voter OUI à ces deux initiatives liées aux pesticides.

  • Suisse: Référendum lancé contre la loi fédérale de traçage SwissCovid.

    Imprimer

    Bonjour,

    Sachez que dès mi-juin 2020 des citoyens de plusieurs cantons suisses se sont réunis pour lutter contre la modi­fication, réalisée en urgence, de la loi fédérale sur les épidémies.

    Puis ils ont créé un référendum réclamant l'arrêt de l'application de traçage SwissCovid. Voilà le site de ce référendum:

    https://www.stop-swisscovid.net

    Ce lien permet d'obtenir toutes les informations utiles. Les personnes qui désirent signer ce référendum doivent investir un peu de leur temps en imprimant le document .pdf en français, par exemple, figurant sur ce site. Chaque feuille de signatures ne doit contenir que les informations de personnes habitant sur la même commune.

    Si chaque personne fait signer ce référendum à plusieurs personnes de sa commune, cela permettra d'obtenir les 50'000 signatures nécessaires.

    Vu l'extrême urgence, le délai étant fixé à fin septembre 2020, l'attestation de la qualité d'électeurs des signataires de chaque liste, entièrement ou partiellement remplie, doit être obtenue par le/la citoyen-ne lui/elle-même au Bureau de sa commune. Puis la liste validée par le greffe de la commune doit être renvoyée à l'adresse Comité "Non à SwissCOVID" c/o François de Siebenthal, Av. Edouard Dapples 23, 1006 LAUSANNE. ( Tél. 021 / 616 88 88 ).

    Voilà un article publié ce 22 juillet par RadioLac:

    https://www.radiolac.ch/actualite/a-geneve-les-opposants-a-lapplication-swisscovid-se-font-entendre/

    Merci très vivement aux personnes qui soutiendront ce référendum et qui le signeront. Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

    Mise à jour du 11.8.2020:

    Concernant ce référendum, voici les explications fournies par Mme Chloé Frammery dans une vidéo très intéressante de 15 minutes:

    https://m.youtube.com/watch?v=1HVakf9ftiA

     

  • Corruption en Suisse: Quels progrès pour les citoyens depuis 2006 ?

    Imprimer

    Bonjour,

    La Suisse fait partie du GRECO, Groupement des Etats contre la corruption depuis juillet 2006. Mais quels progrès et quelles aides cela a-t-il apporté aux citoyens suisses ?

    Les experts du GRECO ont étudié la situation de la corruption en Suisse et ont émis des rapports d'évaluation puis ils ont vérifié si leurs recommandations avaient été appliquées. Voilà un lien à ce sujet concernant les 4 premières évaluations:

    https://www.coe.int/fr/web/greco/evaluations/switzerland  

    Le problème majeur est le suivant: En étudiant les rapports d'évaluation et surtout le 4e rapport on s'aperçoit que le GRECO n'a étudié que la corruption ayant eu lieu au niveau fédéral ! Cela n'apporte donc aucuns progrès et aucunes aides aux citoyens suisses confrontés à la corruption sur le terrain, au niveau des cantons, des communes ou confrontés aux corrupteurs privés, en général très riches, qui corrompent des avocats, des procureurs, des juges et des fonctionnaires.

    Les citoyens qui découvrent une affaire de corruption ne savent pas comment lancer l'alerte. S'ils utilisent la voie officielle en déposant une plainte pénale, il y a alors trois solutions.

    1. L'auteur de la plainte pénale sera condamné pour diffamation (voire calomnie). Le corrupteur et les personnes corrompues seront alors blanchies ! Situation la plus fréquente, correspondant à une très grave erreur judiciaire souvent intentionnelle.

    2. La plainte pénale sera classée sans suite (affaire étouffée). Assez fréquent.

    3. La plainte pénale est traitée correctement. Le corrupteur et les personnes corrompues sont condamnées. Situation très rare en Suisse.

    Il est urgent que des experts indépendants étudient la façon dont les affaires de corruption ont été traitées en Suisse depuis 2006. Puisque la Suisse fait partie du GRECO, des experts du GRECO pourraient le faire. Mais cela n'a pas l'air de faire partie de leurs priorités car le 5e cycle d'évaluation traite à nouveau la corruption au niveau fédéral uniquement !

    Ce qui serait le plus efficace et le plus rapide serait de créer des bureaux de lutte contre la corruption au niveau de chaque canton suisse et que les citoyens puissent se plaindre quand leur alerte (leur plainte pénale) sera étouffée ou quand ils seront condamnés à tort à la place du corrupteur et des corrompus.

    A mon avis, ces bureaux de plaintes devraient être composés de certains experts mais aussi de simples citoyens (jurys de citoyens) tirés au sort et payés, avec mandats limités à 5 ans. Aucuns fonctionnaires ne devraient travailler dans ces bureaux, car des fonctionnaires ne peuvent pas agir contre leurs collègues fonctionnaires.

    Ensuite les plaintes devraient être entièrement traitées par ces bureaux jusqu'à la condamnation des vrais coupables (corrupteurs et corrompus).

    Bien que la Suisse fasse partie du GRECO depuis juillet 2006, il faut bien constater que pour les citoyens suisses cela n'a apporté aucune aide à ce jour, soit 13 ans plus tard ... Vraiment consternant.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.