dépakine

  • Covid-19, Dépakine, Swissmedic: quels liens ?

    Imprimer

    Bonsoir,

    Concernant le vaccin en Suisse permettant de se protéger de la maladie Covid-19, il ne sera pas obligatoire, mais attention aux conséquences qui risquent d'être très graves si vous refusez ce vaccin ... Voilà ce qu'en dit un professeur de droit. Article à lire très attentivement:

    https://www.20min.ch/fr/story/vaccin-obligatoire-on-pourra-toujours-le-refuser-mais-avec-consequences-619713795117

    Coïncidence extraordinaire: Cette semaine, en pleine 2e vague de Covid-19 (ou en pleine 2e épidémie du virus ayant muté), une première personne victime de la Dépakine a enfin pu s’exprimer dans un tribunal à Genève.

    Pour rappel, la Dépakine est un médicament fabriqué par Sanofi qui ne doit pas être prescrit aux femmes enceintes car ce médicament crée des malformations au niveau du bébé. Les alertes à ce sujet ont été lancées dès les années 2000-2003, mais en Suisse la Dépakine a continué à être prescite à des femmes enceintes jusqu'en 2015 ! Les deux liens ci-dessous permettent de comprendre pourquoi.

    Concernant la Dépakine, deux sujets ont été traités au 19h30 de TSR1. Le premier sujet concerne l'audience qui vient d'avoir lieu et le second sujet concerne les déclarations très courageuses et claires de la Conseillère nationale Mme Brigitte Crottaz (médecin) expliquant que Swissmedic a deux casquettes ! Voilà le lien (voir le 6e et le 7e sujet):

    https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/19h30?urn=urn:rts:video:11747758

    Puis, toujours au sujet de la Dépakine et de Swissmedic, M. Thierry Buclin, chef du service de pharmacologie du Chuv s'est également exprimé:

    https://www.rts.ch/play/tv/forum-video/video/temoignage-au-proces-de-lantiepileptique-depakine-a-geneve-interview-de-thierry-buclin?urn=urn:rts:video:11747659

    Grâce à ces déclarations faites par des professionnel(le)s, nous apprenons donc que Swissmedic a deux casquettes:

    1. Swissmedic fournit les autorisations de mise sur le marché suisse des médicaments. Et ce sera la cas pour le futur vaccin contre la maladie Covid-19.

    2. Swissmedic est responsable de la pharmacovigilance. Swissmedic doit donc traiter les plaintes et les alertes et, si nécessaire, retirer un médicament du marché (en avertissant les médecins et les patients concernés).

    Ces deux activités, réalisées par la même entité, devraient être totalement séparées et effectuées par deux entités totalement indépendantes l'une de l'autre. Je suis sidérée de constater que ce problème de double casquettes est parfaitement connu et que personne, au niveau de nos autorités, ne réagit. Dans ces conditions, comment les citoyens peuvent-ils continuer à faire confiance aux autorités ?

    Grave problème supplémentaire: Nous apprenons par Mme Brigitte Crottaz que Swissmedic est financée à 85 % par des entreprises pharmas ! Il existe donc d'énormes enjeux financiers, des conflits d'intérêts et aucune indépendance de Swissmedic vis-à-vis des pharmas. Cela doit cesser !

    Cela ressemble à la situation de l'OMS qui est également financée à 80% par des fondations ou des entreprises pharmas ! Ce qui est inadmissible et nuit très gravement à la crédibilité de l'OMS. Cela aussi doit cesser.

    L'affaire de la Dépakine nous montre que les victimes doivent se battre pendant des années pour arriver à être entendues. Il s'agit d'un combat de David contre Goliath. Les familles qui ont décidé d'obtenir que la vérité soit révélée sont extraordinaires car d'une part elles doivent s'occuper d'enfants malades et d'autre part doivent faire avancer la procédure judiciaire, ce qui demande une énorme énergie.

    Cette affaire de la Dépakine nous montre aussi qu'il va falloir réagir très vigoureusement contre un futur vaccin, probablement non testé de façon suffisante, dont les effets secondaires seront en partie inconnus et qui risque d'être accepté facilement par Swissmedic, étant donné que Swissmedic n'est pas une entité indépendante des pharmas.  

    Merci de diffuser cet article à vos ami(e)s dans toute la Suisse.

    Merci d'avance pour vos commentaires (texte succinct). Meilleures salutations. 

    Mise à jour du 15.11.2020:

    En France, suite à l'énorme scandale sanitaire lié à la Dépakine, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), ce qui correspond à Swissmedic en Suisse, a été mise en examen. Voilà un article à ce sujet publié le 9.11.2020:

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/09/scandale-de-la-depakine-l-agence-du-medicament-mise-en-examen-pour-homicides-involontaires_6059144_3224.html

    Voilà l'article publié sur mon blog en janvier 2020 concernant la Dépakine:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2020/01/06/grossesse-alerte-concernant-les-antiepileptiques-303618.html

    Merci de signer cette pétition réclamant la liberté d’accepter ou non un vaccin en Suisse et que le contenu exact du vaccin soit connu : http://chng.it/2dwMK5FD

    Mise à jour du 15.7.2021: Swissmedic ayant autorisé début juin 2021 les vaccins contre le Covid pour les enfants dès 12 ans, j'ai créé le 20 juin 2021 une nouvelle pétition réclamant la réorganisation immédiate de Swissmedic. Voilà le lien:

    http://chng.it/GcdhqF9WGh

    Merci de la signer et de la diffuser.

  • Grossesse: Alerte concernant les antiépileptiques dont la Dépakine.

    Imprimer

    Bonsoir,

    Il est consternant et bouleversant d'apprendre quel a été le laxisme des autorités en Suisse, et en particulier de Swissmedic, pourtant alertées depuis 1990. D'où des centaines d'enfants, en Suisse, subissant des malformations et/ou des problèmes de développement de leur cerveau. Cela est dû au médicament Dépakine produit par Sanofi. Mais d'autres médicaments contenant le même principe actif, le valproate de sodium, sont aussi concernés, d'après les articles parus dans la presse.

    L'alerte a été lancée en France par Mme Marine Martin. Concernant son combat, voilà un article publié en avril 2019 par Le Parisien:

    http://www.leparisien.fr/societe/depakine-le-long-combat-de-la-lanceuse-d-alerte-marine-martin-25-04-2019-8059785.php

    Et en Suisse, que s'est-il passé ?

    Un article publié ce 6 janvier 2020 dans la version papier du journal 24 Heures nous apprend que le Conseil fédéral a publié un rapport le 6 décembre 2019 et reconnaît l'existence de 39 victimes. Chiffre contesté par les spécialistes qui parlent de centaines de victimes. D'après la presse, Swissmedic aurait reçu plus de 800 alertes depuis 1990. Le titre de cet article m'a étonnée: "Cas Dépakine: le débat sur l'indemnisation est lancé". Mais je ne trouve pas cet article sur le site Internet du journal 24 Heures. Pourquoi ?

    Cet article disait ceci: "C'est pour accélérer les choses que les politiciens recommandent la création d'un système helvétique d'indemnisation. Cela a déjà été fait récemment pour l'amiante.". 

    Sachez qu'il existe une technique très utilisée en Suisse: indemniser une personne en lui réclamant de signer un accord confidentiel. Comme cela la victime ne peut plus se plaindre ! Je vous conseille très vivement de ne jamais signer un accord confidentiel. Et de refuser les indemnisations ridicules et honteuses ne correspondant pas aux très graves problèmes subis par les victimes.

    J'espère tout-de-même que les indemnisations n'empêcheront pas le pouvoir judiciaire, en Suisse, d'effectuer son travail correctement et de rechercher les coupables de cette affaire si dramatique impliquant des enfants, des parents et des familles entières.

    Voilà un autre article publié ce 6 janvier 2020 sur le site de 24 Heures:

    https://www.24heures.ch/suisse/depakine-swissmedic-industrie-pharma-epingles/story/20440929

    En avril 2017, j'avais déjà publié un article sur ce blog au sujet de la Dépakine et je posais des questions à M. Pierre-Yves Maillard (responsable de la santé dans le canton de Vaud) et à Mme Béatrice Métraux (responsable de la "justice"). Je n'ai jamais reçu aucune réponse ! Mes questions sont toujours d'actualité. Voilà le lien de cet article:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2017/04/16/depakine-questions-a-m-p-y-maillard-et-mme-b-metraux-conseil-283406.html

    Voilà le lien de l'association ASSAC créée par les parents des enfants Dépakine. http://assac.ch/

    Et voilà le lien d'une autre association:

    http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/

    En Suisse, les plaintes groupées ne sont pas possibles. Cette situation est vraiment inacceptable, car de plus en plus d'affaires montrent que de nombreuses personnes sont touchées par un problème identique. Et souvent dans le domaine de la santé. Il est inhumain de devoir supporter les conséquences du médicament Dépakine, par exemple, et de devoir encore entreprendre des années de procédures ! Surtout quand on sait que la "justice" en Suisse protège les citoyens dominants et que les procédures durent des années ...

    Cet exemple montre une fois de plus que les victimes des très graves négligences des autorités (ou de leurs abus) sont très nombreuses en Suisse, d'où la pétition que j'ai créée que je vous remercie de signer et de diffuser. Voici le lien:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Merci de diffuser cet article auprès de vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Depakine: Questions à M. P.-Y. Maillard et Mme B. Métraux, Conseillers d'Etat vaudois.

    Imprimer

    Bonjour,

    Suite au drame des enfants Depakine, médicament produit par Sanofi, voilà le message email que j'ai envoyé ce dimanche de Pâques à M. Pierre-Yves Maillard (Conseiller d'Etat vaudois responsable de la santé) et à Mme Béatrice Métraux (Conseillère d'Etat responsable de la "justice" vaudoise), tous deux à nouveau candidats aux Conseil d'Etat vaudois lors des élections du 30 avril 2017: 

     

    Madame, Monsieur les Conseillers d’Etat responsables de la santé et de la justice dans le canton de Vaud,

    Un article très important du Matin-Dimanche de ce 16 avril 2017 nous apprend que Mme Fivaz-Favez a déposé une plainte pénale contre le CHUV et contre certains médecins, car elle n’a pas été prévenue des effets secondaires très graves de la Depakine quand elle était enceinte de ses enfants, en 2001 et 2003.

    Mme Fivaz-Favez a compris en 2015 seulement les raisons des problèmes de ses deux enfants.

    Un article à ce sujet avait été publié par Le Matin en automne 2016 : http://www.lematin.ch/suisse/drame-enfants-depakine/story/11026379

     

    Voici mes questions à M. Pierre-Yves Maillard et à Mme Béatrice Métraux :

     

    1. J’aimerais savoir ce que vous avez entrepris pour que les femmes vaudoises soient informées des effets secondaires de la Depakine et depuis quelle période avez-vous agi afin que les femmes soient prévenues de ce très grave danger ?

     

    1. J‘aimerais savoir quels dédommagements et quelles aides sont prévus pour aider les familles touchées par ce médicament et dans quels délais ?

     

    1. J’aimerais savoir si les médecins qui ont prescrit de la Depakine en connaissant les effets secondaires très graves de ce médicament, mais sans en avoir informé leurs patientes, seront poursuivis d’office par l’institution judiciaire vaudoise et dans quels délais ?

     

    Sachant que l’institution judiciaire vaudoise ne fonctionne pas (j’en fais l’expérience depuis dix ans et j’ai aussi rencontré de nombreuses victimes et lu les livres de M. Jacques Secretan et celui de Mme Leina Sadaoui), je me permets de vous poser ces questions fondamentales et vous remercie de me répondre dans les meilleurs délais. Ou de répondre par la voie de la presse ce qui serait encore mieux.

    En vous remerciant de votre compréhension, veuillez recevoir, Madame, Monsieur les Conseillers d’Etat, mes salutations citoyennes très inquiètes.

    Michèle Herzog

     

    J'espère que ces deux personnes répondront avant le 30 avril 2017. En effet, il est important de savoir concrètement quels sont les actes réalisés par les Conseillers d'Etat pendant les années passées dans leur fonction de responsables de la santé et de la "justice".

    Sachez que Mme Régine Fivaz-Favez a créé une association pour défendre les droits des enfants subissant les effets secondaires de ce médicament produit par Sanofi. Voilà le lien de cette association: http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

     

    PS: Concernant M. Secretan, j'ai créé un article sur ce blog quand son livre sur l'affaire Légeret a été publié en mai 2016 et un autre article a également été produit sur ce blog suite à la parution de son livre sur l'affaire Ségalat en juin 2015.

    J'ai également publié un article sur ce blog concernant le combat inimaginable que Mme Leina Sadaoui a dû réaliser pendant plus de 30 ans suite à son accouchement au CHUV de Lausanne, qui s'est mal déroulé.