genevois

  • Soutien des avocats genevois à leurs confrères chinois.

    Imprimer

    Bonsoir,

    Je suis totalement offusquée par l’article que je viens de lire dans le journal Le Temps de ce 8 avril 2020 concernant le soutien de l’Ordre des Avocats Genevois à leurs confrères travaillant en Chine et en particulier à un avocat chinois extrêmement courageux, Wang Quanzhang. Voilà le lien de cet article:

    https://www.letemps.ch/opinions/wang-quanzhang-avocat-defense-chine

    Voilà la 1ère raison de ma colère:

    En effet, j’apprends que l’ordre des avocats genevois se soucie du sort de leurs confrères en Chine. Il est bien clair que les avocats chinois travaillant contre le régime sont très gravement maltraités pendant des années (prison, graves représailles) et extrêmement courageux.

    Mais, une fois de plus, ce genre d’article fait croire qu’il n’est par contre pas nécessaire que les avocat-es se révoltent en Suisse, car le système est parfait. Raison pour laquelle les avocat-es de Suisse romande ne publient jamais un article critiquant le système pour lequel ils travaillent ! D'où ma colère.

    Magnifique coïncidence : Je viens de recevoir hier un témoignage très important expliquant quels sont les très graves problèmes subis par l’avocat bernois Oliver Lücke qui refuse de se soumettre aux règles du « système bernois » et qui a le courage de dénoncer les très graves dysfonctionnements qu’il a découverts. Voilà le lien de son témoignage:

    https://parseundparse.files.wordpress.com/2020/03/franzc3b6sische-version.pdf

    Malheureusement les avocat-es contestataires en Suisse sont très peu nombreux, car la grande majorité d’entre eux veut préserver ses privilèges et préfère ne jamais révéler les dysfonctionnements très graves qu’elle découvre.

    Je me demande combien d'avocats, en Suisse, vont avoir le courage de soutenir cet avocat bernois que je félicite très vivement.

    Voilà la seconde raison de ma colère:

    En Suisse romande, les avocats qui réalisent des infractions pénales poursuivies d’office ne sont jamais poursuivis car ils sont protégés d’une part par l’ordre des avocats de leur canton et par le pouvoir judiciaire du canton. Les plaintes pénales déposées contre les avocats sont classées, sans réaliser aucune recherche de la vérité, sans interroger une seule personne, sans appliquer les articles du Code de procédure pénale suisse. Voilà un exemple de privilège dont les avocat-es bénéficient : ils sont placés au-dessus des lois.

    Et si vous vous plaignez auprès de l’Ordre des avocats du canton en question, eh bien votre plainte ne sera pas traitée sérieusement car le Bâtonnier va étouffer l’affaire. L’avocat ayant aidé un citoyen dominant (il existe différentes techniques …) ne sera jamais sanctionné. De nombreuses personnes en ont fait l’expérience.

    Je sais de quoi je parle car j’ai dénoncé à l’Ordre des Avocats Vaudois les actes très graves de 4 avocats vaudois et il ne s’est strictement rien passé (aucune recherche de la vérité, aucunes questions posées à ces avocats, aucunes sanctions). Même quand un avocat lausannois a caché pendant plus de 2 ans des informations à ses clientes car il était corrompu par la partie adverse (montant caché dans une succession que j’estime à plus de 30 millions de francs suisses). Ou quand un avocat, en plus professeur à l’Université de Lausanne, fait de fausses déclarations écrites dans des procédures civiles et produit des pièces en sachant que ce sont des FAUX !

    Je connais de nombreuses personnes victimes de leur avocat-e dans les cantons romands. Cela concerne également le canton de Genève. J’ignore quelle est la situation dans les cantons suisses-allemands.

    Voilà la 3e raison de ma colère:

    Les droits de l’homme sont totalement bafoués en Suisse romande et quand je lis que Mme Sandrine Giroud (co-auteure de l’article publié par Le Temps) est présidente de la commission des droits de l’homme de l’ordre des avocats genevois, alors je suis très en colère. En effet, Genève prétend être La Cité des Droits de l’Enfant, par exemple, alors que des centaines d’enfants genevois se trouvent dans des foyers à Genève (ou ailleurs car ils sont parfois déplacés) suite à des expertises psychiatriques très discutables.

    Dans d’autres domaines les droits de l’homme sont bafoués. Par exemple les droits des personnes âgées placées de force en EMS ou ceux des personnes placées de force en asile psychiatrique.

    Le système des avocats-curateurs en vigueur dans le canton de Genève, qui leur permet de facturer des honoraires exorbitants au détriment de personnes qui devraient être aidées, est une honte. Mme Brigitte Pivot de l’association SOS Tutelles pourrait en témoigner et d’autres victimes aussi.

    Des dizaines d'associations et d'organisations basées à Genève prétendent défendre les Droits de l'Homme mais pour les très graves abus ayant lieu à Genève et en Suisse romande personne ne réagit !

    CONCLUSIONS.

    Toute personne en Suisse romande qui s’intéresse aux dysfonctionnements du système judiciaire peut obtenir rapidement de nombreux exemples de très graves abus d’autorité et dysfonctionnements. Les avocats, placés aux premières loges, ne peuvent ignorer la situation existante (non application des lois, arrangements entre petits copains, modifications des faits, aucune recherche de la vérité, dénis de justice, décisions totalement arbitraires, etc.). En Suisse romande les avocats ne peuvent ignorer que l’Etat de droit n’existe pas.

    Mais la majorité des avocat-es se tait pour ne pas prendre le risque de se mettre à dos le système et pour conserver ses privilèges.

    Dans ces conditions, c’est plus simple de publier un article concernant la Chine …

    S’il existe des avocats contestataires en Suisse romande, alors je leur conseille vivement de se regrouper pour dénoncer les dysfonctionnements. Merci d’avance. C’est urgent.

    Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Voilà le lien de la pétition réclamant en Suisse le contrôle du travail du pouvoir judiciaire. Merci de la signer et de la diffuser : http://chng.it/vY2f7HxY

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Lettre ouverte à l'avocat genevois M. Daniel Kinzer.

    Imprimer

    Monsieur,

    J'ai lu votre article "L'avocat une personne de confiance" publié à la page 2 du supplément "Focus Droit 2019" de 25 pages produit par Smartmedia Agency AG. Supplément distribué en Suisse romande par la Tribune de Genève et le journal 24 Heures début février 2019.

    A la première phrase de votre article, vous écrivez: "Aujourd'hui comme hier, la confiance est le maître mot qui gouverne la relation entre l'avocat et son client". Puis vous citez quelles sont les études réalisées par les avocats.

    Et vous ajoutez: "La confiance découle aussi du serment d'avocat et d'une déontologie stricte. Cette déontologie fait l'objet de règles professionnelles, codifiées dans la Loi Fédérale sur la libre circulation des avocats du 23 juin 2000 (LLCA), complétées à Genève par les Us et coutumes de l'Ordre des avocats dont l'intitulé met en évidence l'enracinement dans une longue tradition".

    Je suis totalement offfusquée par vos déclarations car vous passez totalement sous silence dans votre article que lorsqu'un(e) avocat(e) en Suisse romande gruge intentionnellement son client ou sa cliente ou commet une très grave erreur, eh bien il sera totalement impossible de s'en plaindre. Je ne parle ici que de la Suisse romande car je ne connais pas la situation en Suisse allemande.

    De très nombreuses personnes ont subi les actes anormaux de leurs avocats et, quand elles se sont adressées à l'Ordre des avocats, leurs plaintes n'ont donné lieu à aucunes sanctions. Vous ne pouvez l'ignorer, car il suffit d'étudier quelques affaires "étranges" pour s'en apercevoir. Ce que j'ai fait.

    Il existe paraît-il des Commissions d'éthique au niveau de l'Ordre des avocats. Mon expérience dans le canton de Vaud montre que suite à mes plaintes concernant les actes très graves de 4 avocats, je n'ai jamais été entendue par ladite Commission d'éthique car le Bâtonnier ou la Bâtonnière ne transmet pas les plaintes à la Commission d'éthique ! Mes plaintes ont été ignorées (aucunes sanctions). J'ai aussi constaté que La Chambre des avocats vaudois ne fait pas non plus un travail sérieux. Elle a couvert les infractions pénales réalisées par mon avocat lausannois (décision de juin 2007 de M. Blaise Battistolo, également juge cantonal pénal depuis 1996, donc très expérimenté ... qui a pris sa décision sans rechercher la vérité et sans la détenir ...).

    Et si on dépose une plainte pénale contre un avocat, eh bien la plainte pénale sera soit ignorée soit classée. J'en ai aussi fait l'expérience de 2007 à ce jour (Ministère public de Lausanne et de Vevey). Mais je ne suis pas la seule à avoir fait ce type d'expérience.

    J'estime que votre article n'est pas éthique car vous faites croire aux citoyens de Suisse romande que les avocats sont sérieux et doivent respecter des règles strictes, alors que ce n'est manifestement pas le cas. Bien sûr, il existe certainement des avocats sérieux, mais actuellement on ne sait plus comment faire pour les trouver ce qui nuit très gravement à votre profession car personne ne réagit. Autre problème: Un avocat peut être sérieux dans une affaire et très malhonnête dans une autre.

    Si les règles strictes que vous citez étaient appliquées, il y aurait alors forcément des avocat(e)s sanctionné(e)s, car dans tous les métiers il existe un pourcentage de personnes malhonnêtes.

    La réalité est beaucoup plus fondamentale que la théorie. Il est indispensable qu'enfin des statistiques fiables soient produites indiquant combien de plaintes ont été envoyées par les citoyens et quel pourcentage d'avocats ont été sanctionnés suite à ces plaintes. A mon avis, c'est le seul moyen actuellement de rétablir la confiance entre les citoyens et les avocats. Il n'existe actuellement aucune transparence et cette situation est totalement anormale.

    J'estime que votre article, pour être crédible, aurait dû produire ces statistiques. Je vous remercie de m'indiquer combien de plaintes ont été déposées et combien d'avocats ont été sanctionnés dans chaque canton romand au cours de ces dix dernières années. Je vous remercie de m'envoyer votre réponse en commentaire (en cliquant sur le mot commentaire au bas de cet article) afin que les internautes puissent prendre connaissance de votre réponse.

    Cette transparence et ces statistiques devraient aussi s'appliquer aux magistrats et aux fonctionnaires qui n'appliquent pas les lois. C'est un autre sujet très important, mais il est aussi lié au travail des avocats (et des politiciens) qui n'osent pas dénoncer ces graves dysfonctionnements.

    Pendant longtemps les citoyens ont été manipulés sans s'en apercevoir, mais actuellement grâce à Internet et aux réseaux sociaux sachez que les informations circulent car, heureusement, certaines victimes osent s'exprimer.

    Dans l'attente de votre réponse, veuillez recevoir, Monsieur, l'expression de ma très grande inquiétude et de ma colère.

    Michèle Herzog

    Merci aux internautes d'envoyer, en commentaire au bas de cet article, un résumé très court de votre expérience faite avec des avocats en indiquant dans quel canton cela a eu lieu et à quelle date. Et en indiquant si l'avocat(e) a été sanctionné(e).

    Merci de diffuser cet article à vos amis. 

    Meilleures salutations.

     

  • Soutien à la famille d'Adeline: Signez la pétition. Merci.

    Imprimer

    Bonjour,

    Suite à la décision des Hôpitaux Universitaires Genevois (HUG) de donner un blâme à la Directrice de la Pâquerette, la famille et les amis d’Adeline ont décidé de créer une pétition pour réclamer une enquête sérieuse et la révocation de la Directrice de la Pâquerette.

    Voilà l'article paru à ce sujet : http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/proches-adeline-m-lancent-petition/story/26036852

     

    Voilà le lien pour signer la pétition qui peut aussi être signée par des citoyens des autres cantons suisses: http://www.petitions24.net/justice_pour_adeline

     

    Vous trouverez, par le lien ci-dessous, le texte figurant sur le blog de l’Association genevoise « Citoyens pour la justice publique » qui a également décidé d’agir, résume les faits et propose de déposer des plaintes pénales suite à ce blâme honteux. :

    http://citoyenspourlajusticepublique.blog.tdg.ch/archive/2014/05/28/assassinat-d-adeline-la-honte-256435.html

     

    Je ne comprends pas pourquoi la justice genevoise n'intervient pas dans cette affaire Adeline. Cela me rappelle l'affaire Skander Vogt (voir l'article publié à ce sujet sur ce blog). Sa soeur a dû effectuer un recours au Tribunal Fédéral pour obtenir qu'un véritable procès ait lieu dans le canton de Vaud. Ces dénis de justice doivent cesser dans les cantons romands.

     

    Merci de transmettre la copie de ce message à vos amis.

    Meilleures salutations. 

     

    PS: Grâce à la découverte du site Pétition24, Mme Sadaoui vient de créer ces deux pétitions (qui existaient sur des documents papier), concernant son combat pour les victimes. Merci aussi à vous de les signer. Voici les liens:

    http://www.petitions24.net/pour_la_prescription_suisse_a_30_ans_pour_les_dommages_corporels

    http://www.petitions24.net/pour_le_respect_des_droits_des_victimes

     

    INFORMATION CONCERNANT LA PETITION "JUSTICE POUR ADELINE: Le Grand-Conseil genevois a refusé de tenir compte des signatures électroniques ! 819 signatures sur 4164 sont validées ... Pourtant le canton de Genève prétend sur son site Internet être précurseur concernant le vote électronique ... Et le site de la Confédération https://www.ch.ch/fr/petitions/ indique que, pour les pétitions, il est possible d'obtenir des signatures en ligne.

    Le 23 juin 2014, j'ai envoyé une lettre recommandée au Grand-Conseil genevois afin qu'ils acceptent ma signature (no 196 de la pétition). J'ai indiqué mes nom, prénom, adresse complète, date de naissance et j'ai signé ma lettre.

    J'espère vivement qu'un grand nombre de personnes enverront une lettre au Grand-Conseil genevois pour confirmer leur signature. Merci à vous.