michael

  • Affaire Michael Lauber, Gianni Infantino: des plaintes pénales mais quelles suites ?

    Imprimer

    Bonjour,

    Dès 2015, M. Michael Lauber, Procureur général de la Confédération, enquêtait sur les faits commis par la FIFA. Plusieurs enquêtes étaient paraît-il en cours.

    M. Gianni Infantino a été nommé président de la FIFA le 26 février 2016. Nous avons appris par les FootballLeaks que deux rencontres "secrètes" ont eu lieu entre Michael Lauber, Gianni Infantino (président de la FIFA) et l’ami d’enfance de Gianni Infantino, le Haut-Valaisan Rinaldo Arnold. La première rencontre a eu lieu le 22 mars 2016 et la seconde un mois plus tard.

    Ce qui est curieux: Quand les autorités suisses ont pris connaissance de ces deux rencontres il ne s'est rien passé ...

    En 2019, nous avons appris qu’une 3e rencontre a eu lieu le 7 juin 2017, mais M. Michael Lauber ne s’en souvient pas.

    Voilà un article publié par l’Illustré en mai 2019 qui retrace les faits. Cet article indique qu'une 4e personne aurait participé à ces 3 rencontres.

    https://www.illustre.ch/magazine/infantinolauber-dessous-scandale

    Le 3 juillet 2020, la Confédération annonce que plusieurs plaintes pénales ont été déposées et que le procureur extraordinaire Stephan Keller a été nommé afin de déterminer si des infractions pénales ont été réalisées. Voilà le lien :

    https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-79753.html

    Suite à une décision du Tribunal administratif fédéral (TAF) rendue le 24.7.2020, Michael Lauber a enfin annoncé sa démission le même jour.

    Le 30 juillet 2020, nous apprenons que le procureur extraordinaire Stephan Keller demande que l’immunité de M. Michael Lauber soit levée.

    https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-79942.html

    Toute cette affaire montre à de très nombreuses personnes, en Suisse et à l'étranger, que la justice pénale en Suisse réalise des enquêtes interminables qui n'aboutissent jamais à des procès sérieux, car en général les faits sont prescrits au moment du jugement.

    Les autorités suisses essaient de faire croire au monde entier que l'Etat de droit en Suisse est un exemple à suivre ! Quelle honte, car les autorités suisses savent parfaitement quelles sont les techniques utilisées pour ne pas appliquer les lois aux citoyens dominants. Et quand elles apprennent que les faits sont prescrits, eh bien aucun magistrat n'est sanctionné ...

    Il va être très intéressant de suivre l'évolution des plaintes pénales reçues par la Confédération ces derniers temps et de voir comment elles seront traitées.

    Merci de diffuser cet article à vos amis, en Suisse et à l'étranger.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Ministère public de la Confédération: Quelles solutions après la démission de Michael Lauber ?

    Imprimer

    Bonjour,

    Suite à la démission de M. Michael Lauber, les parlementaires fédéraux cherchent des solutions afin que les dysfonctionnements très graves ayant lieu au niveau du Ministère public de la Confédération cessent. A ce sujet, voilà un article publié par le journal Le Temps:

    https://www.letemps.ch/suisse/ministere-public-confederation-loupe-parlementaires

    Il faut savoir que les problèmes existaient déjà avant l'arrivée de M. Lauber et avant 2011. Les modifications de l'organisation mise en place n'ont servi à rien. Pourquoi ?

    A mon avis, voilà quelques raisons expliquant cela.

    Le procureur général de la Confédération doit obligatoirement faire partie d'un parti politique et cela est inacceptable, car cette situation crée des conflits d'intérêts.

    La commission de surveillance du travail du procureur général de la Confédération est composée de parlementaires affiliés au même parti politique ! Ces derniers ne vont forcément pas être impartiaux dans leurs décisions, ce qui décrédibilise le rôle de cette commission de surveillance qui devient alors une commission de protection ... Les parlementaires ne peuvent ignorer cela.

    Les parlementaires du même parti politique, qui doivent réélire le procureur général de la Confédération, ferment les yeux sur ses erreurs. Et c'est bien ce qu'il s'est passé en septembre 2019 quand M. Michael Lauber a été réélu, alors que la majorité de ses erreurs étaient déjà connues des parlementaires.

    1ère conclusion: Les procureurs de la Confédération, ainsi que le procureur général, ne devraient pas être affiliés à un parti politique, ce qui garantirait beaucoup plus sérieusement leur indépendance. J'estime que cela devrait s'appliquer à tous les magistrats en Suisse, aux niveaux fédéral, cantonal et des arrondissements (1ère instance).

    Seconde modification fondamentale à appliquer également à tous les magistrats: crééer des jurys de citoyens capables de traiter efficacement et gratuitement les plaintes des personnes ayant reçu des décisions arbitraires et de mauvaise foi. Ces jurys de citoyens indépendants devront être capables de SANCTIONNER les magistrats n'appliquant pas les lois suisses, et cela à tous les niveaux. D'où la pétition que j'avais créée que je vous remercie de signer et de diffuser. Voici le lien: http://chng.it/vY2f7HxY

    Troisième modification fondamentale à appliquer également à tous les magistrats travaillant en Suisse (procureurs et juges, à tous les niveaux): exiger une déclaration de transparence afin que l'on puisse savoir de quelles sociétés secrètes ces magistrats font partie et cela AVANT de les nommer ou de les réélire. En effet, les personnes affiliées aux sociétés secrètes prêtent serment et ces serments sont en contradiction avec l'application des lois suisses. Ce qui pose un énorme problème. Actuellement, seul le canton du Valais réclame cette transparence des magistrats (votation du Grand Conseil). D'où la pétition que j'avais créée pour le canton de Vaud, dont voilà le lien: http://chng.it/tDyHbndv

    A mon avis, tant que les trois problèmes cités ci-dessus ne seront pas résolus, la "justice" pénale ne fonctionnera pas sérieusement en Suisse et les modifications imaginées par les parlementaires ne modifieront pas la situation.

    Merci de diffuser cet article à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • La FIFA et l'enquête du procureur de la Confédération Cédric Remund.

    Imprimer

    Bonsoir,

    Suite à la découverte de réunions secrètes ayant eu lieu entre le procureur de la Confédération Michael Lauber et Infantino de la FIFA, l'enquête de la FIFA a été transférée au procureur de la Confédération Cédric Remund, 38 ans. A propos de son travail, voilà l'article publié le 11 mars 2020:

    https://www.lematin.ch/sports/football/vaudois-trembler-fifa/story/30350922

    Le 20 avril 2020, des articles publiés dans la presse nous expliquent que le procureur de la Confédération Cédric Remund aurait lui aussi participé à la réunion secrète avec la FIFA en date du 16 juin 2017 ...

    1er problème: C'est lui qui a repris l'enquête concernant la FIFA (abandonnée par Michael Lauber) !

    2e problème: Certains faits seront prescrits le 27 avril 2020 au soir !!! Mais certaines personnes continuent de penser que la "justice" fonctionne bien en Suisse ...

    A ce sujet, voilà l'article publié dans Le Monde. Il s'agit d'une magnifique publicité pour la Suisse et son Etat de droit paraît-il exemplaire:

    https://www.lemonde.fr/football/article/2020/04/19/fifa-le-parquet-suisse-fragilise-par-les-soupcons-de-collusion_6037070_1616938.html

    Il va être extrêmement important de suivre cette affaire et de voir aussi comment les politiciens suisses, qui se cachent chaque fois derrière le principe de la séparation des pouvoirs (qui est un fléau ... d'où la situation actuelle), vont réagir.

    Ces faits montrent une nouvelle fois qu'il est impératif de contrôler le travail des magistrats et de sérieusement les sanctionner si nécessaire.  Pour réclamer cela, merci de signer cette pétition : http://chng.it/vY2f7HxY

    Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Merci d’avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.