radiations

  • Suisse romande: La radiation d'un avocat est très rare. Voici pourquoi.

    Imprimer

    Bonjour,

    Suite à une affaire pénale impliquant un avocat genevois (voir l'article précédent de ce blog, daté du 4 juin 2020), la RTS a diffusé un reportage très intéressant de 2 minutes pendant le 19h30 du jeudi 4 juin 2020. Ce reportage dit que la radiation du barreau est une sanction très rare pour un ou une avocat-e, mais l'enquête ne dit pas pourquoi ! Voilà le lien de ce reportage:

    https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/la-radiation-du-barreau-est-une-sanction-tres-rare-en-suisse-romande--enquete-?id=11375721

    Ce reportage indique que sur 4250 avocats travaillant en Suisse romande, seuls 16 avocats ont été radiés du barreau ces 5 dernières années. Je vais vous expliquer pour quelles raisons ces radiations ne sont pas plus nombreuses. Mon expérience a eu lieu dans le canton de Vaud, mais je sais que de nombreuses personnes ont été confrontées à des actes étranges de la part de leur avocat-e dans d'autres cantons romands. Sans qu'aucune sanction ne soit jamais prononcée.

    1er exemple: Si vous vous plaignez à l'Ordre des avocats du travail anormal d'un ou une avocate, le bâtonnier ne va réaliser aucune enquête et va étouffer l'affaire. Il existe paraît-il une Commission d'éthique au sein de l'Ordre des avocats vaudois, mais il est impossible de la joindre, car le bâtonnier ne transmet pas la plainte à cette Commission. Aucune sanction ne sera donc prononcée. J'en ai fait l'expérience concernant 4 avocats vaudois dont je me plaignais.

    2e exemple: Si vous déposez une plainte pénale contre un ou une avocate, dans la majorité des cas votre plainte pénale ne sera soit pas du tout traitée, soit classée en invoquant des raisons incompréhensibles. Et si vous faites recours, votre recours sera rejeté. Aucune condamnation pénale dans ce cas, donc aucune radiation du barreau. Ma dernière plainte pénale concernant un avocat lausannois a été envoyée en décembre 2018. Aucune réponse reçue à ce jour ... Ni aucun avis de réception de la part du Ministère public !

    3e exemple: La majorité des gens fait confiance à leur avocat-e et ne vérifie pas sérieusement le travail effectué. Les avocats réalisant des actes très graves sont souvent très expérimentés et très astucieux, ce qui leur permet d'agir à l'insu de leurs clients (qui sont souvent des clientes ... trop naïves).

    4e exemple: Si vous écrivez à la Chambre des avocats vaudois pour annoncer vos soupçons de corruption de votre avocat (ce que j'ai fait en août 2007), eh bien ce dernier va déposer une plainte pénale contre vous, va faire de fausses déclarations écrites en justice ..., aucune instruction n'aura lieu pendant 3 ans de procédure et le juge pénal (dans mon cas Philippe Colelough) vous condamnera pour diffamation sans avoir recherché la vérité pour mieux protéger son ami avocat ! Et pour protéger au passage trois fiduciaires ayant fait de fausses estimations d'une société travaillant dans l'immobilier. Ces trois fiduciaires ont "oublié", avec l'aide de mon avocat complice, de citer l'existence d'un compte de titres de 2 millions (valeur comptable). Compte qui contient des actions de sociétés immobilières, raison pour laquelle il a été "oublié" dans 3 estimations ! Cela a permis de passer sous silence des biens immobiliers que j'estime à plus de 30 millions de francs suisses ... Les personnes ayant réalisé des infractions pénales très graves (faux dans les titres, escroquerie, corruption, fausses déclarations écrites faites en justice, faux témoignages, etc) n'ont pas été condamnées par le juge pénal Philippe Colelough ! C'était beaucoup plus simple de condamner la seule personne qui n'avait rien fait dans cette affaire à part de travailler pour découvrir toutes les astuces utilisées, en particulier par son avocat lausannois ! Et d'avoir eu le courage de dénoncer cette affaire.

    5e exemple: Etant donné que les avocats ne sont pas sanctionnés sévèrement cela leur permet de continuer leurs actes en toute impunité. Je pense que si un avocat a grugé un ou une cliente il en a certainement grugé d'autres au préalable. Mais aucune enquête n'aura lieu étudiant le passé d'un ou d'une avocate.

    Voilà comment les avocats et les avocates bénéficient de très graves privilèges. Malheureusement les journalistes de la RTS ne se demandent pas pourquoi si peu d'avocats ou avocates sont radiés-es du barreau !

    Pour que cela cesse, il est impératif et urgent de sanctionner les magistrats qui n'appliquent pas les lois, refusent de rechercher la vérité, étouffent les infractions pénales dont ils prennent connaissance et réalisent des erreurs judiciaires afin de protéger les citoyens dominants. Raison pour laquelle je vous remercie de signer et diffuser cette pétition:

    http://chng.it/vY2f7HxY

    Merci d'avance aux personnes qui enverront leurs commentaires au bas de cet article et leurs témoignages succincts en indiquant dans quel canton cela a eu lieu.

    Merci de diffuser cet article à vos amis. Meilleures salutations.

  • Fausses informations concernant les avocats vaudois publiées dans le Matin Dimanche du 4.2.18.

    Imprimer

    Bonjour,

    Un article du journaliste Fabiano Citroni a été publié dans le Matin Dimanche du 4 février 2018 concernant un avocat vaudois radié du barreau vaudois.

    Dans son article, M. Citroni écrit: "Un avocat qui franchit la ligne rouge, c'est rare, mais ça arrive". Cette phrase m'a mise très en colère, car il s'agit d'une fausse affirmation et j'en fais l'expérience depuis l'été 2007.

    Cet article comprenait une interview de la Bâtonnière actuelle de l'Ordre des Avocats Vaudois (OAV), Mme Antonella Cereghetti. La Bâtonnière déclare qu'il est rare que l'OAV interdise à un avocat de pratiquer son métier. C'est arrivé peut-être moins de 5 fois en 30 ans.

    Puis elle déclare: "L'important est que ces cas soient dénoncés et sanctionnés".  Puis elle dit que pour s'assurer qu'un avocat a le droit de pratiquer il suffit de taper son nom sur le site de l'Ordre judiciaire vaudois. S'il apparaît dans le registre des avocats, c'est que tout est en ordre.

    Je suis totalement offusquée par ces déclarations, car elles font croire qu'il n'existe pas de radiations du barreau vaudois car les avocats ont un comportement irréprochable. Pourtant ce n'est pas du tout le cas.

    Les avocats vaudois ne sont pas radiés car les plaintes déposées contre eux ne sont pas traitées, ni par le pouvoir judiciaire vaudois, ni par l'Ordre des Avocats Vaudois. Et Mme Cereghetti, Bâtonnière actuelle, ne peut l'ignorer.

    La preuve: Si vous tapez le nom de l'avocat lausannois Philippe Reymond vous verrez qu'il apparaît dans le Registre des avocats vaudois. Pourtant c'était mon avocat et je me plains de ses infractions pénales depuis mai 2007. Pourquoi n'a-t-il pas été radié ? Car il est intouchable. Le juge pénal Philippe Colelough a étouffé les infractions pénales réalisées par cet avocat qui a fait de fausses déclarations en justice de mai 2007 à juillet 2011.

    Mes plaintes envoyées à l'Ordre des Avocats Vaudois concernant le comportement de 3 avocats, dont Philippe Reymond, n'ont pas été traitées non plus. La Bâtonnière Mme Cereghetti ne peut l'ignorer car elle a été informée par mon courrier du 30 juin 2016. Courrier n'ayant donné lieu à aucune réaction utile.

    La technique utilisée par le Bâtonnier ou la Bâtonnière de l'OAV consiste à ne pas transmettre les plaintes à la Commission d'éthique de l'OAV et à ne pas les traiter correctement. Voilà pourquoi les avocats vaudois ne sont presque jamais interdits de pratiquer.

    Le 5 février 2018 j'ai envoyé un message email à M. Citroni pour lui demander de publier un rectificatif suite à son article induisant les lecteurs en erreur, mais aucun rectificatif n'a été publié aujourd'hui. Et je n'ai reçu aucune réponse de sa part. Ni d'ailleurs de la Bâtonnière ayant également reçu mon message.

    Si vous désirez les preuves écrites des actes commis par mon ex-avocat Philippe Reymond depuis juillet 2004, je vous remercie de m'envoyer un message à mh@herzoginfo.ch

    Il faut savoir que de nombreuses autres personnes se sont plaintes des actes de leur avocat(e) vaudois(e), mais les plaintes n'ont pas été transmises à la Commission d'éthique de l'OAV et n'ont pas fait l'objet d'une enquête sérieuse et indépendante.

    Je trouve tout-à-fait anormal qu'un journaliste publie une déclaration sans être alerté par son contenu, car il sait que dans toutes les professions il existe un pourcentage de moutons noirs. Sa déclaration induit les lecteurs en erreurs. Son travail de journaliste impliquait qu'il fasse une investigation pour comprendre pourquoi, dans le canton de Vaud, moins de 5 avocats avaient été radiés en 30 ans ...

    Ayant pris connaissance de faits vraiment étranges, le 2.12.2017 j'ai créé une pétition réclamant la transparence concernant les avocats et les magistrats vaudois. A ce jour elle a été signée par 190 personnes. Ce n'est certainement pas un hasard. Voilà le lien de cette pétition. Merci à vous de la signer et de la diffuser à vos amis.

    https://www.change.org/p/au-grand-conseil-vaudois-p%C3%A9tition-pour-que-les-avocats-et-les-magistrats-annoncent-leurs-liens-secrets

    Une autre pétition réclame un contrôle du travail de la justice en Suisse. Cela est urgent. Voilà le lien :

    https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

     

    Mise à jour du 7 novembre 2018: Voilà un autre cas concernant un avocat vaudois se retrouvant devant la justice.

    https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/La-descente-aux-enfers-d-un-avocat-delinquant-26957012

    Contrairement aux déclarations de la Bâtonnière Mme Cereghetti, il y a déjà deux cas en 2018 ...