raphaël

  • Genève: Placements forcés de Thomas Babel Andrieux et de ses 3 frères.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le témoignage très courageux de Thomas Babel Andrieux, placé en foyer à l'âge de 10 ans par le Service de Protection des Mineurs (SPMI) du canton de Genève, fait froid dans le dos ! Il s'agit d'un très grave abus d'autorité. Heureusement, Thomas, 18 ans actuellement a pu quitter le dernier foyer dans lequel il a été placé de force.

    Mais ses 3 frères, mineurs, sont encore placés en foyer.

    Voilà son témoignage de 15 minutes diffusé ce 21 mai 2020 par Radio Cité Genève dans l'émission Rencontre:

    http://radiocite.ch/  

    Demain cette émission publiera le témoignage d'un autre de ses frères.

    Mise à jour du 22 mai 2020:

    En activant ce lien http://radiocite.ch/ vous pourrez entendre le témoignage de Raphaël Babel Andrieux (6 minutes).

    Leurs témoignages sont consternants car, pendant des années, ces deux garçons n'ont jamais pu savoir pourquoi ils étaient placés en foyer. L'éducateur qui s'occupe d'un enfant ou d'un jeune ne peut pas répondre à cette question et lui dit de s'adresser à l'assistante sociale du SPMI et quand l'entretien avec elle a lieu elle ne fournit pas de réponse ... à cette question fondamentale. Vraiment consternant !

    Il faut savoir que les placements forcés d'enfants ont lieu dans tous les cantons romands. Je ne connais pas la situation dans les cantons de Suisse alémanique.

    De nombreuses personnes dénoncent ces placements forcés d'enfants, mais la situation n'évolue pas. Pourquoi ?

    Merci très vivement à Radio Cité Genève d'avoir le courage de publier ces témoignages. Merci aux personnes qui enverront des commentaires succincts sur mon blog en citant leur expérience d'enfant placé ou de parent devant subir cette situation.

    Merci de diffuser cet article à tous vos amis et à toutes les personnes qui s'imaginent encore que Genève est la Cité des Droits de l'enfant !!!! Et aux politiciens genevois qui n'agissent pas ...

    Il paraît qu'il existe une Commission des Droits de l'Homme au sein du Grand Conseil genevois, mais à quoi sert donc cette Commission ?

    Merci de signer et de diffuser cette pétition réclamant que les très graves abus d'autorité créés en Suisse de 1982 à 2019 soient étudiés. Voilà le lien:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Cordiales salutations.

    PS: En novembre 2019 j'avais publié un article suite à la Commémoration des 30 ans des Droits de l'enfant à Genève. Quelle honte. Voilà l'article:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2019/11/24/geneve-suisse-30-ans-des-droits-de-l-enfant-quelle-honte-302523.html

    MISE A JOUR DU 23 MAI 2020.

    Les témoignages des deux frères Babel Andrieux et le commentaire publié par Mme Brigitte Pivot au bas de cet article montrent que les abus du SPMI existent depuis longtemps et que personne ne fait rien dans le canton de Genève pour que ces placements forcés cessent. D'où les deux autres cas dont je viens de prendre connaissance: un bébé de 10 mois placé de force par le SPMI (voici le lien de la pétition: http://chng.it/Kt47HkKV) et un enfant de 7 ans séquestré à l'école que sa grand-mère n'a pas pu récupérer à cause du SPMI (voici le lien de la pétition à signer: http://chng.it/QCMRfGLL).

    Alors que faire ? Tous ces cas sont aussi dûs à des décisions de juges du TPAE, décisions qu'il est ensuite impossible de faire modifier car les magistrats refusent systématiquement de corriger leurs erreurs. Ces deux pétitions sont très importantes. La première demande que les plaintes des citoyens soient traitées par un bureau indépendant qui puisse contrôler les décisions anormales prises par la "justice". Voilà le lien: http://chng.it/vY2f7HxY

    La seconde pétition réclame la création de jurys de citoyens qui pourraient justement traiter les plaintes des citoyens confrontés à de très graves abus d'autorité. Cela devient très urgent car les faits montrent que les abus sont bien réels en 2020 et que les autorités n'agissent pas. Les citoyens se retrouvent dans des pièges. Voilà le lien de cette seconde pétition: http://chng.it/VVxHk6vnrw

    Merci d'avance de signer ces deux pétitions et de les diffuser.

  • LUXLEAKS: Raphaël Halet lanceur d'alerte français.

    Imprimer

    Bonjour,

    L'émission "Envoyé spécial" publiée sur France 2 jeudi soir 13 octobre 2016 est extrêmement importante, car elle explique parfaitement bien comment les financiers se comportent avec leurs employés. 

    Raphaël Halet était employé chez PricewaterhouseCooper (PWC) au Luxembourg. PWC est une des plus grosses fiduciaires de la planète. Elle traite les déclarations fiscales des plus grandes multinationales. Le Luxembourg permet aux multinationales de payer très peu d'impôts, raison pour laquelle les multinationales déclarent tous leurs revenus au Luxembourg, alors que leurs revenus sont réalisés dans d'autres pays (tax ruling). 

    Raphaël Halet a envoyé la copie de certaines déclarations fiscales de grandes multinationales au journaliste Edouard Perrin. Raphaël Halet a vite été repéré, car il avait envoyé ses emails depuis son poste de travail situé chez PWC. 

    Quand PWC s'est rendu compte de la situation, plusieurs employés de PWC au Luxembourg se sont rendus au domicile de M. Halet situé en France, ont menacé M. Halet et sont restés chez lui pendant des heures jusqu'à ce que M. Halet signe, vers 3h du matin, une déclaration lui imposant un silence total concernant cette affaire. Document signé sous la contrainte.

    M. Halet a donc été obligé, dans un premier temps, de faire de fausses déclarations, car il avait l'interdiction de dire la vérité et de parler. Heureusement, lors du procès qui a eu lieu en avril 2016, M. Halet a pu expliquer les faits. Les méthodes utilisées pour le dissuader de parler sont sidérantes. 

    Je vous conseille vivement de regarder cette émission. Voici le lien:

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-13-octobre-2016_1859459.html

    Etant donné que les lanceurs d'alerte sont très mal protégés, Raphaël Halet et Antoine Deltour, ex-employés de PWC qui ont révélé l'affaire Luxleaks, ont été condamnés avec sursis. Le journaliste Edouard Perrin n'a pas été condamné. Le jugement date du 29 juin 2016.

    Les deux ex-employés de PWC ont fait appel de leur condamnation et le prochain procès aura lieu au Luxembourg dès le 12 décembre 2016. 

    Concernant Antoine Deltour, la presse en a beaucoup plus parlé, car il pouvait s'exprimer. Il n'avait pas signé de document le contraignant au silence. Pour plus d'informations, voir l'article de mon blog concernant Antoine Deltour. Ou faire une recherche Internet pour trouver son site. Heureusement, de nombreux citoyens soutiennent ces deux lanceurs d'alerte très courageux et le journaliste Edouard Perrin. Affaire à suivre.

    Pour soutenir M. Raphaël Halet ou le contacter pour l'encourager, voilà le lien:

    Comité de soutien à Raphaël Halet : www.helpraph.com 

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.